Europe

Programmes européens

Le Pôle Océan s’appuie sur les Euro-Argo RI , EMSO et sur le réseau JERICOnext. Le pôle océan contribue de fait à divers projets européens déjà engagés:

  • Les "Copernicus Marine Environment Monitoring Services" (CMEMS) Service piloté par Mercator Océan qui élabore des produits observés de niveau 3 et 4 (satellite et in-situ) et des analyses et prévision obtenues par assimilation de ces produits dans des modèles océans,
  • plusieurs partenaires du Pôle Océan contribuent à EMODNET et au projet H2020-­Atlantos sur des aspects relevant du Pôle Océan (jeux de données et produits sur l’Atlantique),
  • Le Pôle océan s’insère avec les autres Pôles de données dans la démarche ENVRI Plus.
  • le Pôle Océan fournira des jeux de données en appui à la DCSMM.

Pour les futurs appels d’offre, le Pôle Océan se positionnera à la fois sur les infrastructures et sur les services :

Le programme Copernicus d'observation de la Terre de l'Union Européenne produit des services d'information pour la surveillance de l'environnement et la sécurité. Il regroupe six services : atmosphère, marine, terrestre, changement climatique (C3S), sécurité et urgence. Cette production des services Copernicus est basée sur le traitement de données environnementales.

Le service de Surveillance de l'Environnement Marin de Copernicus (CMEMS) fournit des informations de référence régulières et systématiques sur l'état physique et biogéochimique, la variabilité et la dynamique de l'océan et des écosystèmes marins pour l'océan mondial et les mers régionales européennes.

 Les observations et les prévisions générées par le service offrent de multiples applications dans le domaine maritime, y compris:

  •     Sécurité maritime;
  •     Ressources marines;
  •     Environnement côtier et marin;
  •     Météorologie, prévisions saisonnières et climat..

En novembre 2014, la Commission européenne a signé une convention de délégation avec Mercator Océan International pour la mise en œuvre et la fourniture du service. Ce service est opérationnel depuis le 1er mai 2015.

Plus d'information

Le projet EOSC  Pillar est basé sur le concept de « science ouverte » (Open Science) ainsi que les pratiques et les services de données FAIR pour les promouvoir dans l’ensemble des communautés utilisatrices de données océanographiques. Ces initiatives visant également à partager les meilleures pratiques et susciter des possibilités d'approches interdisciplinaires au sein de l'EOSC.

La réunion de démarrage qui s’est déroulée début juillet 2019, a officiellement lancé le projet qui va se poursuivre sur les 3 prochaines années.

L’IFREMER et le CNRS sont plus particulièrement impliqués dans plusieurs lots d’activités, que l’IR DATA TERRA coordonne dans son ensemble.

  • WP6 : EOSC in action: Use cases and community-driven pilots.
    Ce lot est basé sur une approche ascendante à partir de cas concrets d’utilisation de données. Chaque cas d'utilisation « démonstrateur » analysera différents outils et services pour la FAIRisation des données et le type de gouvernance en fonction des besoins de la communauté utilisatrice. 
  • WP7: The Infrastructure layer: delivering horizontal data storage and computing services, from national to transnational.
    Ce lot rassemble les orientations et procédures techniques pour l'intégration des services nationaux pour contribuer à la compatibilité et l’interopérabilité des services horizontaux existants entre les infrastructures nationales et thématiques.

Plus d’information

  • Site web EOSC Pillar
  • Description du projet et des lots d’activités (pdf)

Le projet PHIDIAS  vise à développer et mettre en place des prototypes pour l’exploitation de données spatiales et environnementales de Sciences de la Terre en s’appuyant sur des capacités de calculs intensifs (HPC ).

PHIDIAS prendra place officiellement en novembre 2019, jusqu’en 2022.

Il intègre plusieurs pôles de données de l’infrastructure de recherche DATA TERRA : ODATIS pour la thématique « Océan » que l’IFREMER dirigera (activité 6), AERIS pour la thématique « Atmosphère » et THEIA pour la thématique « Surfaces continentales ». L’IR DATA TERRA gère le lot d’activité WP3 pour la coordination technique du projet dans son ensemble.

Ce projet PHIDIAS développera des ensembles de données qui seront ajoutés aux catalogues de l'EOSC. Il permettra d'optimiser les flux de traitements et de fournir un accès ouvert à des services HPC standardisés. Le consortium améliorera les processus de FAIRisation et le libre accès aux données. PHIDIAS proposera ainsi de rassembler dans un seul cadre, selon un workflow générique pour les données scientifiques massives, la diffusion, l'analyse des données et l'archivage des ressources.

Deux centres de calcul européens (CINES en France et CSC en Finlande) vont explorer un modèle distribué pour le transfert de données et l'allocation des ressources entre. En ce qui concerne les cas d'utilisation, le projet développera des méthodes de post-traitement des données.

Plus d'information

  • Description du projet et des lots d’activités (pdf)

Blue-Cloud Services est la première partie [A] de l’initiative phare " L'avenir des mers et des océans " issue d’un appel à proposition H2020. Il représente ainsi la déclinaison « marine » de l’European Open Science Cloud (EOSC).

Le projet s’étale sur une durée de 3 ans et aborde une approche pratique pour mettre en œuvre le potentiel de la science ouverte basée sur les « clouds » afin de réaliser un ensemble de services permettant de mieux comprendre et gérer les nombreux aspects de la durabilité des océans, à travers une série de cinq démonstrateurs pilotes Blue-Cloud. 

L'ambition générale est de fédérer dans ce Blue Cloud Services :

  • des données marines européennes et multidisciplinaires provenant de capteurs satellite et in situ et de modèles, 
  • des plates-formes informatiques formant un environnement virtuel,
  • et des outils analytiques.

Le positionnement de Blue-Cloud démontre une synergie majeure au niveau européen en fédérant les principales infrastructures de données marines européennes (par exemple SeaDataNet, EurOBIS, Euro-Argo, Argo GDAC, EMODnet, ELIXIR-ENA, EuroBioImaging, DIAS, CMEMS, et ICOS-Marine) ainsi que les infrastructures d’EOSC (par exemple EUDAT, D4Sciences).

L’IFREMER est en charge du lot d’activité WP3 « Blue-Cloud Pilot Demonstrators » qui comprend toutes les activités autour de la mise en place, de la structuration et de l'implémentation de cinq démonstrateurs visant à mettre en valeur le potentiel de l'architecture et des services Blue-Cloud complets. Les cinq démonstrateurs couvrent cinq domaines différents pertinents pour l'appel : plancton, génomique, environnement, pêche et aquaculture. Ce lot définira également les besoins des démonstrateurs et mettra en place des mécanismes de validation et de collecte des retours d'expérience pour s'assurer que les démonstrateurs sont orientés utilisateurs. Sorbonne Université est également partenaire des démonstrateurs plancton et génomique.