CAF

Chantier Arctique Français Chantier Arctique Français

L'Arctique est reconnu comme étant une cible privilégiée du changement climatique dont les perturbations environnementales vont avoir un impact sur l'ensemble des écosystèmes marins et continentaux, la biodiversité, les cycles inhérents aux différents gaz à effets de serre ainsi que les équilibres physico-chimiques continentaux, atmosphériques et océaniques. Afin de répondre aux enjeux cruciaux de l'Arctique sur cette question du changement climatique, la mise en place d'un "observatoire scientifique de l'Arctique" a été décidé en 2008. L'objectif principal du chantier Arctique français sera de mobiliser la communauté scientifique de différentes disciplines afin de répondre à 3 enjeux fondamentaux :

  • l'enjeu environnemental, par l'étude des capacités d'adaptions des écosystèmes polaires face au changement climatique et des capacités de protection du milieu naturel face aux pollutions anthropiques ;
  • l'enjeu sociétal, par l'appréhension de l'adaptabilité des communautés locales face au changement climatique et à mondialisation ;
  • et les enjeux économiques et politiques, s'intéressant plus particulièrement à l'exploitation des ressources minières et à évolution des zones de pêches mais aussi à la souveraineté des zones d'influences maritimes des états riverains et au contrôle stratégique des routes maritimes.

Au terme de ce chantier, il s'agira de mettre en évidence une réflexion prospective pour comprendre les causes du changement climatique et leurs répercussions sur l'environnement, mais aussi d'y faire face en proposant des pistes d'actions concrètes d'un point de vue environnemental et économique afin d'en faire bénéficier les populations locales.

Région concernée : Zone Arctique française

Thématiques de recherche : En 2016, seuls deux projets de recherche ont été retenus :

  • Green Edge "Arctic marine ecosystem under phytoplankton spring bloom (PSB) conditions", est un projet de recherche qui vise à comprendre les processus qui sont à l'origine du bloom* printanier phytoplanctonique en se concentrant sur la productivité primaire et le devenir de la matière organique produite. Plus largement, Green Edge contribue à la compréhension des changement environnementaux par l'étude des grands cycles biogéochimiques et des réseaux alimentaires marins en Arctique, en lien avec les populations humaines locales.
    > En savoir plus
  • PARCS "Pollution in the Arctic system" a pour principale mission d'identifier et de comprendre les sources et le devenir de la pollution en Arctique tout en évaluant son impact sur le climat, les écosystèmes et la société. Avec une approche pluridisciplinaire et internationale, PARCS s'articule autour de 4 grands objectifs :
    • caractériser les émissions de polluants locaux ;
    • comprendre les interactions entre les cycles naturels et la pollution d'origine anthropique : quantification des sources naturelles, estimation du recyclage des polluants à l'interface neige/glace, etc. ;
    • étudier les impacts des polluants sur la biogéochimie marine, les nutriments et les émissions océaniques : cycle du mercure marin, impacts des contaminant sur la faune arctique, etc. ;
    • comprendre les interactions entre les aérosols et les nuages et de leurs effets directs et indirects sur le climat.
      > En savoir plus

Service d'observation dédié : Absence de service national d'observation ou de système d'observation et d'expérimentation à long terme dédié.

Les liens ci-dessous relatifs aux paramètres mesurés vous dirigent vers des pages présentant les paramètres selon une description synthétique, en regroupant de façon dynamique, plusieurs informations présentées sur d'autres pages du site ODATIS. Depuis une page d'un paramètre donné, des liens directs vous orientent ensuite vers le catalogue de données. 

Base de données :   LEFE CYBER database (Green Edge)

Biogéochimie marine

Biologie marine

Le Shom, héritier du premier service hydrographique officiel au monde (1720). est un établissement public administratif (EPA) sous tutelle du ministère des Armées.
Il est l'opérateur public pour l'information géographique maritime et littorale de référence.
 
Il a pour mission de connaître et décrire l’environnement physique marin dans ses relations avec l’atmosphère, avec les fonds marins et les zones littorales, d’en prévoir l’évolution et d’assurer la diffusion des informations correspondantes.

L’exercice de cette mission se traduit par trois activités primordiales :

  • L’hydrographie nationale, pour satisfaire les besoins de la navigation de surface, dans les eaux sous juridiction française et dans les zones placées sous la responsabilité cartographique de la France ;
  • Le soutien de la défense, caractérisé par l’expertise apportée par le Shom dans les domaines hydro-océanographiques à la direction générale de l’armement et par ses capacités de soutien opérationnel des forces ;
  • Le soutien aux politiques publiques de la mer et du littoral, par lequel le Shom valorise ses données patrimoniales et son expertise en les mettant à la disposition des pouvoirs publics, et plus généralement de tous les acteurs de la mer et du littoral.

Ses domaines d’expertises sont notamment : la bathymétrie, la sédimentologie, l’hydrodynamique côtière, l’océanographie, l’ingénierie des systèmes d’acquisition à la mer, l’information géographique maritime et littorale. Le Shom collecte et diffuse des données de référence dans ces domaines et fournit des services d'«intelligence de la donnée», qui aident les acteurs de la mer et du littoral à utiliser de manière optimale les données.

  • Bureau de recherches géologiques et minières - BRGM,
  • Commissariat à l'énergie atomique - CEA,
  • Centre national d'études spatiales - CNES, Centre national de la recherche scientifique - CNRS,
  • Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer - IFREMER,
  • Institut polaire français Paul Emile Victor - IPEV,
  • Météo-France,
  • Ministère en charge des affaires étrangères - MAEDI,
  • Ministère en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche - MENERS

Le Shom, héritier du premier service hydrographique officiel au monde (1720). est un établissement public administratif (EPA) sous tutelle du ministère des Armées.
Il est l'opérateur public pour l'information géographique maritime et littorale de référence.
 
Il a pour mission de connaître et décrire l’environnement physique marin dans ses relations avec l’atmosphère, avec les fonds marins et les zones littorales, d’en prévoir l’évolution et d’assurer la diffusion des informations correspondantes.

L’exercice de cette mission se traduit par trois activités primordiales :

  • L’hydrographie nationale, pour satisfaire les besoins de la navigation de surface, dans les eaux sous juridiction française et dans les zones placées sous la responsabilité cartographique de la France ;
  • Le soutien de la défense, caractérisé par l’expertise apportée par le Shom dans les domaines hydro-océanographiques à la direction générale de l’armement et par ses capacités de soutien opérationnel des forces ;
  • Le soutien aux politiques publiques de la mer et du littoral, par lequel le Shom valorise ses données patrimoniales et son expertise en les mettant à la disposition des pouvoirs publics, et plus généralement de tous les acteurs de la mer et du littoral.

Ses domaines d’expertises sont notamment : la bathymétrie, la sédimentologie, l’hydrodynamique côtière, l’océanographie, l’ingénierie des systèmes d’acquisition à la mer, l’information géographique maritime et littorale. Le Shom collecte et diffuse des données de référence dans ces domaines et fournit des services d'«intelligence de la donnée», qui aident les acteurs de la mer et du littoral à utiliser de manière optimale les données.