Qu'est-ce que le Pôle ODATIS?

La mission principale du Pôle ODATIS est de mettre à disposition des données, des produits, des logiciels, des outils et/ou des services destinés en premier lieu à la communauté scientifique française dans le cadre de ses recherches sur les océans.

Objectifs scientifiques et périmètre

ODATIS, Données et Services pour l'océan, contribue ainsi à décrire, quantifier et comprendre l’océan dans sa globalité :

  • la dynamique et thermodynamique de l’océan,
  • l’évolution de ses propriétés physico chimiques,
  • les cycles biogéochimiques,
  • le fonctionnement des écosystèmes marins,
  • l'évolution de l'océan et du lien océan-climat dans le passé (paléo-océanographie).

Il traite aussi des thèmes spécifiques au littoral (incluant les estuaires, lagunes et lagons) :

  • évolution morpho-dynamique du littoral,
  • trait de côte/niveau de la mer; pollutions/eutrophisations;
  • évolutions des écosystèmes littoraux.

La plupart des recherches menées par les communautés impliquées dans Odatis font l'objet des prospectives supervisées par les commissions spécialisées et inter-organisme CSOA et CSSIC du CNRS-INSU, ainsi que celles organisées par le CNRS-INEE. Elles font également l'objet des réflexions prospectives menées au niveau des groupes thématiques d'’Allenvi, notamment des groupes "Mer et littoral", "Climat", "Evaluation environnementale", "Risques" et 'Infrastructures".

Ces recherches, ainsi que les systèmes d'observation associés, sont soutenus au niveau français par des appels à projet:

  • des programmes inter-organismes: LEFE, EC2CO et PNTS, coordonnés par le CNRS-INSU,
  • des programmes TOSCA du CNES,
  • des programmes de l'ANR,
  • des soutiens de base des organismes aux services nationaux d'observation labellisés (SNO),
  • des soutiens locaux et régionaux aux SNO,
  • des soutiens de base aux infrastructures fédératives d'observation du MENESR via Allenvi et les opérateurs de recherche (SOERE, IR, TGIR).

Ces recherches s'articulent autour de:

  • la connaissance du rôle et de la réponse de l’océan dans le système climatique,
  • l’analyse des impacts de la variabilité climatique et du changement global,
  • l’évolution des ressources.

Les données et produits du Pôle doivent aussi contribuer à la mise en œuvre des politiques publiques (en particulier la DCSMM), ainsi qu’à l’essor de l’environnement socio-économique national.

Les Pôles de données et services pour l'observation du système Terre

Pour être en mesure de répondre aux questions que se posent nos sociétés sur leur environnement, la recherche doit appréhender le « Système Terre » dans son ensemble, du noyau terrestre jusqu’aux limites de l’atmosphère, prendre en compte les interactions entre ses différents compartiments et en considérer tous les aspects, du milieu physique au vivant.

L’observation intervient aux différents stades de la démarche scientifique: description, compréhension, modélisation, prévision. Les progrès techniques mettent à notre disposition des moyens de plus en plus variés qui génèrent des ensembles de données de plus en plus riches, mais dont l’utilisation ou l’accès peuvent être rendus difficiles par la variété des types de données, leur volume, la complexité des traitements sous-jacents, la dispersion dans la forme et la localisation. Afin d’exploiter au mieux cet afflux sans précédent de données au bénéfice de la connaissance et de la société, il nous faut mettre en cohérence les politiques des centres de données et définir des approches adaptées pour traiter archiver et distribuer les données et produits validés et élaborés qui en sont dérivés.

C’est pourquoi, sur la base du rapport final du groupe de réflexion constitué à l’initiative du CNES et du CNRS-INSU, des organismes de recherche nationaux ont convenu fin 2013, de mettre en place quatre pôles nationaux correspondant à chacun des grands compartiments du système Terre (Terre solide, océan, surfaces continentales et atmosphère), pour une gestion coordonnée et un accès centralisé aux données. Le dernier pôle dédié aux données et services pour la biodiversité, "ECOSCOPE" rejoint en 2015 cette infrastructure de recherche du système d'observation de la Terre: 

L’objectif est de constituer une infrastructure de recherche unique fédérant ces quatre pôles de données. L'IR - Pôles observation de la Terre figure sur la feuille de route des infrastructures de recherche (mise à jour 2016).

Missions des Pôles

La mission principale des Pôles est de mettre à disposition des données, des produits, des logiciels, des outils et/ou des services destinés en premier lieu à la communauté scientifique française dans le cadre de ses recherches sur le système Terre. Les informations proposées par les pôles de données sont aussi fondamentales pour la mise en œuvre des politiques publiques. En permettant de mieux comprendre la structure et le fonctionnement du système Terre, les travaux utilisant ces données ont un impact socio-économique important dans des domaines tels que les risques naturels, le changement climatique, les ressources minérales ou les ressources en eau. Dans ce contexte, les pôles servent aussi la communauté internationale (missions satellites, réseaux d’observations internationaux, partenariats pour le développement).

Les pôles ont vocation à s’inscrire dans les paysages national et européen en articulation étroite avec les infrastructures en place et en construction. L’organisation en structure unique renforcera le positionnement de la communauté française dans le paysage européen et notamment dans le développement des e-infrastructures.

La définition des objectifs scientifiques des pôles est issue des besoins exprimés par la communauté scientifique sous-jacente (prospectives scientifiques CNRS-INSU, groupes thématiques ALLENVI, prospectives d’organismes). Les besoins des politiques publiques sont également pris en compte.

Chaque pôle a pour objectif de faciliter l’accès aux données satellitaires, aéroportées et in-situ (sol) acquises et gérées, par les laboratoires de recherche ou les structures fédératives (OSU, FR, ...), par des infrastructures nationales telles que les Services Nationaux d’Observations (SNO), les SOERE, la flotte océanographique, les avions et par les missions spatiales.

Les Pôles fédèrent ou complètent au niveau national un ensemble d’activités qui préexistaient soient au sein d’infrastructures, soit de façon plus diffuse. Ils rassemblent les disciplines scientifiques relatives à un compartiment terrestre, offrent des services et produits à valeur ajoutée, fournissent une expertise scientifique, promeuvent les outils et méthodes développées au sein de la communauté scientifique française concernée. Les produits au sens large deviennent ainsi plus visibles et l’ensemble gagne en efficacité par la mutualisation des expériences et des moyens. La cohérence des quatre Pôles ajoute une valeur scientifique supplémentaire et facilite la coordination avec d’autres domaines.

Données et Services des Pôles

Les pôles s’attachent en mettre à disposition et produire, sous la responsabilité d’experts, des séries de données qualifiées et décrites, de façon à permettre les utilisations en accord avec les plus hauts standards en vigueur. Ils rassemblent les données issues des réseaux d’observation, des campagnes et chantiers, des missions satellites. Ils collectent en priorité les observations accompagnées de métadonnées, qualifiées et organisées en structures permettant de mettre en œuvre l’interopérabilité (niveau L1 et L2). Ils se donnent aussi la possibilité de stocker les jeux de données moins bien décrits, les données brutes (niveau L0) et se prépareront à accueillir les jeux de données anciens qui restent à numériser. Les données sont au besoin homogénéisées, reformatées, complétées par les Pôles qui les distribuent. Les Pôles produisent également des jeux de données traitées (niveau L2) au profit de structures d’observation sols ou satellite.

À partir de ces données, les Pôles élaborent des produits à valeur ajoutée : assemblages de jeux de données L1 ou L2 destinés à un usage particulier, champs de variables issues d’observations différentes (produits L3 et L4), …. Ils produisent la documentation correspondant à ces produits.

Les méta-données seront disponibles à la norme européenne INSPIRE ; elles apparaîtront dans les géo-catalogues et géo-portails nationaux. Les données relevant d’une base mondiale seront conformes aux formats recommandés pour cette base.

D’une manière générale, les données et méta-données gérées et produites ont vocation à être publiques. Cependant, certaines données peuvent être soumises à des licences restrictives, limitant l’utilisation par des tiers.

Les Pôles encourageront l’utilisation des DOI (Digital Object Identifier) pour identifier les jeux de données, appelant leurs utilisateurs à les citer, et ouvrant des perspectives de bibliométrie pour l’infrastructure. Ils définiront la politique à mettre en œuvre pour les différents types de données qu’ils distribuent.

Pour faciliter l’exploitation des informations contenues dans les bases de données les Pôles mettront à disposition des outils d’exploration, de visualisation, d’extraction et d’analyse ainsi que les moyens de calculs appropriés.

Les Pôles garantiront la pérennité des jeux de données patrimoniaux et en faciliteront la collecte. Ils disposent des capacités de préservation pour certaines de leurs données, pour les autres ils feront appel aux centres d’archivage nationaux (ex : CINES), aux structures dédiées que sont les centres de données des Observatoires des Sciences de l'Univers (OSU) ou d’organismes spécialisés (CNES, Météo-France, Ifremer). Un archivage long terme des bases de données uniques sera assuré.

Les Pôles hébergeront des plateformes collaboratives pour le partage de documentation, de guides de bonnes pratiques et d’information sur l’activité scientifique et technique associée aux observations.