Salinité

Description Description

La salinité des océans correspond à la quantité de sels dissous dans les eaux océaniques. Elle se mesure en unités de salinité (psu), qui exprime un rapport de conductivité. En moyenne, la salinité des océans est de 35 PSU, ce qui équivaut à ~35 grammes de sels par litre d'eau de mer.

En agissant sur la densité de l'eau de mer, la salinité influence la circulation océanique : plus une eau est salée, plus elle est dense.

Une équipe du Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale (LOPS) et de l’Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées à Brest a étudié la...

Nouveaux produits salinité SMOS disponibles au CATDS (plus d'information)

Mesures in-situ

La salinité est une grandeur difficile à mesurer directement. Pour contourner cette difficulté, la salinité pratique est définie à partir des mesures simultanées de la température, de la pression et de la conductivité électrique d'un échantillon d'eau de mer.

Pour des eaux de salinité non standards, des analyses chimiques directes, par séchage et pesée du résidu solide, sont réalisées en laboratoire.

Les instruments déployés in-situ sont capables de prélever des échantillons d'eau de mer ou de mesurer la conductivité pour calculer la salinité de l'eau de mer, en surface ou tout au long de la colonne d'eau. 

Les capteurs CTD (Conductivity, Temperature, Depth) mesurent simultanément la température, la salinité et la pression dans l'eau de mer. Ces capteurs peuvent être installés sur des bathysondes (rosette) ou sur des mouillages fixes ou dérivants. Ils établissent des profils jusqu'à plusieurs milliers de mètres. Leurs données sont recueillies à bord du navire à réception de la bathysonde à la surface ou via satellite lorsque le flotteur dérivant remonte en surface.

Les sondes XBT, lancées depuis le pont d'un navire, permettent également de mesurer la salinité le long de la colonne d'eau jusqu'à plusieurs centaines de mètres. Un fil de cuivre permet la transmission des données jusqu'au navire.

Mesures satellite

Les capteurs embarqués sur la charge utile des satellites sont capables de mesurer, encore indirectement, la salinité de surface (SSS, Sea Surface Salinity). Ces capteurs sont des radiomètres passifs, sensibles à la la température de brillance de la couche de surface. Le satellite SMOS est un exemple de radiomètre interférométrique bidimensionnel.

Publications scientifiques (en anglais)